© 2018 by Bastien. Proudly created with Wix.com

  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches

Key Words

Rolex, Omega, Jaeger-Lecoultre, Tudor, Breitling, Zenith, Longines, Patek Philippe, Vacheron Constantin, Audemars Piguet, Baume & Mercier, Chronographe Suisse, Universal Genève, Nivada, Auricoste, Triton, Cyma, Montres Vintage, Montres Anciennes, Montres Militaires, Montres Occasion, Vintage, Collection, Collectionneur, Histoire, Montres Historiques, Landeron, Venus, Valjoux, Gerald Genta, Horlogerie, Horloger, Suisse, Bracelet Montre, CHI, Compulsion Horlogère, Hans Wilsdorf, Lemania, Tool Watch, Toolwatch, Wristshot, Lip, Yema, Dirty Dozen, RAF, MOD, British Military, Omega Seamaster, Omega Speedmaster, Moonwatch, First Watch On The Moon, Omega Railmaster, Omega Ultraman, Rolex Datejust, Rolex Daytona, Rolex Submariner, Rolex GMT Master, Rolex Pepsi, Rolex Coke, Rolex Vintage, Oysterquartz, Oysterperpetual, Quartz, Royal Oak, Nautilus, Calatrava, 1675, 5513, 5512, 40s, 50s, 60s, 70s, 80s, 90s, Montres Neo Retro, Neo Retro, Seiko, Swatch, Sablier, Sablier-Watches

Montres vintage, l'anti-paradoxe de Solow



"Vous pouvez voir l’ère informatique partout, sauf dans les statistiques de la productivité." Robert Solow (1987).


Indéniablement, nous vivons l'âge d'or de l'informatique et de la data. Tous les secteurs d'activité, toutes les franges de la société sont touchés, impossible de ne pas remarquer la toute puissance de la révolution informatique.


Dans ce contexte où Apple est l'entreprise la plus valorisée au monde avec une valeur dépassant désormais les 1000 milliards de dollars, il convient de se demander quel rôle les secteurs traditionnels vieillissants peuvent jouer. A l'heure où la marque à la pomme distribue plus d'Apple Watch que toute l'industrie horlogère suisse ne vend de montres, quel avenir pour les garde-temps analogiques ?


Si, en 2018, on est en droit de se poser la question de l'utilité des montres traditionnelles et, a fortiori, des montres vintage, je vais tenter de vous convaincre de ne pas délaisser ces témoins du temps que j'affectionne tant.


Qu'est-ce que le paradoxe de Solow ?


Robert Solow au MIT

L'informatisation de nos sociétés et des différents secteurs d'activité a, depuis les années 1980, bouleversé de nombreux ordres-établis.


L'économiste autrichien Joseph Schumpeter parlait de "grappes d'innovation" pour décrire le phénomène selon lequel une innovation majeure entraîne de nombreuses innovation dérivées et fait entrer l'économie dans un nouveau cycle.


La création de l'informatique s'inscrit totalement dans ce cadre avec une innovation initiale qui entrainera ensuite de nombreuses excroissances : micro-informatique, téléphonie, internet des objets (IoT), Big Data...


Si ce cycle économique est toujours en cours (nous pouvons tous en témoigner), Robert Solow (économiste nobélisé américain) a souligné en 1987 un paradoxe selon lequel l'informatisation était présente partout sauf dans les statistiques de productivité. Selon Solow, cette innovation, aussi importante soit-elle, n'a pas eu un impact aussi important sur la capacité productive que la machine à vapeur en son temps par exemple.


Le principal biais qu'il est possible de rétorquer à ce paradoxe est bien entendu temporel. Solow affirme cela à la fin des années 80 avant le boom de la micro-informatique des années 90 et 2000. Il existe un temps d'adaptation inhérent à toute innovation majeure qui semble avoir été minimisé par Solow. Malgré ce biais, il semble que Robert Solow avait vu juste car les différentes études menées depuis sur le sujet n'ont pas démontré de corrélation franche entre informatique et productivité.


Informatisation & Horlogerie


Dessin de brevet - Apple Watch

Vous n'avez sans doute pas cliqué sur cet article pour lire un bref exposé d'histoire économique alors laissez-moi faire le lien avec notre sujet : les montres vintage.


Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques mois, les ventes en volume de l'Apple Watch ont dépassé celles de toute l'industrie horlogère suisse réunie. Ce mini-séisme est une des conséquences de cette informatisation.


En effet, l'Apple Watch est la plus emblématique des représentantes d'un des grains de raisins de la grappe : l'IoT. L'Internet des Objets (IoT en anglais) désigne la capacité d'un objet à communiquer via Internet avec d'autres Objets. Concrètement l'Apple Watch communique via la technologie Bluetooth Low Energy avec votre Smartphone.


Si l'IoT révolutionne tous les secteurs, notamment en B2B (Business to Business), il a, par le prisme de l'Apple Watch et des montres connectées, révolutionné l'horlogerie, secteur traditionnel par excellence.


Voilà donc comment une innovation pensée sur un campus américain a des répercussions jusqu'aux montagnes suisses.


Que doit-on penser de cette vague digitale ? Que conclure quant à la pertinence de l'horlogerie traditionnelle en 2018 ?


Audit de l'horlogerie informatique


L'une des fonctionnalités de l'Apple Watch

Je m'excuse par avance pour cette oxymore horlogère, les deux termes contenus dans ce sous-titré étant difficiles à associer.


Cependant, l'idée est là, l'Apple Watch et les montres intelligentes au global représentent bien une certaine idée de l'horlogerie à l'ère des réseaux sociaux et de l'instantanéité informatique.


A mon sens, ces montres 2.0 ont échoué et pas seulement concernant l'aspect purement économique version Solow.


Première raison de cet échec (qui n'est pas, manifestement, un échec commercial mais plutôt affectif) : l'absence de réelle plus-value côté consommateur. Lancer un nouveau produit sur le marché, particulièrement pour une firme comme Apple, exige de répondre à un besoin des clients. L'Apple Watch ne répond à aucun besoin spécifique et multiplie les fonctionnalités pour ne devenir qu'une extension de l'Iphone (nuance avec la dernière version de l'Apple Watch qui se tourne vers l'univers du sport et de la santé).


Seconde raison de cet échec : une obsolescence programmée profondément antinomique avec les fondements-même de l'horlogerie. Si une Apple Watch peut être portée et mise à jour pendant 3 ou 4 années, une montre traditionnelle peut vivre plusieurs décennies et même siècles si elle est régulièrement entretenue. Un objet court-termiste à ce point ne peut être perçu différemment que comme étant assujetti aux modes et tendances technologiques.


Enfin, l'Apple Watch contribue à une sur-information, à fournir des notifications dans un monde où tous les appareils qui nous entourent ont déjà cette capacité. Au lieu de répondre à un besoin, cette montre alourdit un ras-le-bol digital partagé par de nombreuses personnes.


Manifeste pro-horloger


Wittnauer Militaire Circa 1940s

Si l'Apple Watch ne contribue ni à améliorer la productivité, ni à répondre à un besoin précis, les montres mécaniques répondent, quant à elles, à un besoin majeur : la mesure et l'affichage du temps et cela, en dehors de toute obsolescence.


La mesure du temps hors du temps, contre la multiplicité de fonctionnalités utiles à un instant précis. On comprend que l'horlogerie ne traite pas du même sujet que l'informatique mise au poignet.


Une montre est pensée pour durer, pour avoir plusieurs vies, pour être transmise, pour durer dans l'objet même qu'elle prétend mesurer : le temps. Une montre connectée est pensée pour vendre à un instant T et sera obsolète après-demain.


Alors ne mélangeons pas tout et accordons-nous sur le fait que l'horlogerie est un art(isanat) avant d'être une industrie. Oublions les impératifs de productivité, que l'Apple Watch ne parvient par ailleurs pas à combler, et concentrons-nous sur la qualité.


Ainsi, en 2018, il reste à mon avis plus pertinent d'investir quelques centaines ou milliers d'euros dans une montre vintage (en fonction de vos ressources) que de dépenser 400€ dans une Apple Watch qui ne vous apportera rien et sera oubliée à la prochaine version.


L'Horlogerie propose d'associer esthétique, utilité et durabilité là où Apple et Samsung vous proposent technologie froide et obsolescence.


Echapper à la temporalité


Record Dirty Dozen Circa 1944

L'un des principaux buts de nos extiences est d'échapper à la temporalité (en s'amusant, en voyageant, en se cultivant). D'ailleurs, Jean Gionno disait que "le temps, c'est ce qui passe quand rien ne se passe". Avouons que nous cherchons à limiter ces moments où le temps nous rappelle qu'il est là, que nous sommes en quelque sorte dans une grande course contre la montre.


Quel objet symbolise mieux l'échappatoire à cette temporalité immédiate que la montre vintage ? Le garde-temps ancien ayant connu plusieurs vies et étant amené à durer, il appartient à la fois au passé, au présent et au futur.


La montre connectée, quant à elle, n'existait pas hier et n'existera certainement plus demain faute d'utilité et de durabilité. Elle n'appartient donc qu'au présent.


Si vous cherchez à fuir l'innovation pour l'innovation et que le paradoxe de Solow vous a marqué, prenez le contre-pied et investissez l'immense univers de l'horlogerie ancienne, vous verrez, vous ne serez pas déçu.


--


https://www.sablier-watches.com/online-store