© 2018 by Bastien. Proudly created with Wix.com

  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches

Key Words

Rolex, Omega, Jaeger-Lecoultre, Tudor, Breitling, Zenith, Longines, Patek Philippe, Vacheron Constantin, Audemars Piguet, Baume & Mercier, Chronographe Suisse, Universal Genève, Nivada, Auricoste, Triton, Cyma, Montres Vintage, Montres Anciennes, Montres Militaires, Montres Occasion, Vintage, Collection, Collectionneur, Histoire, Montres Historiques, Landeron, Venus, Valjoux, Gerald Genta, Horlogerie, Horloger, Suisse, Bracelet Montre, CHI, Compulsion Horlogère, Hans Wilsdorf, Lemania, Tool Watch, Toolwatch, Wristshot, Lip, Yema, Dirty Dozen, RAF, MOD, British Military, Omega Seamaster, Omega Speedmaster, Moonwatch, First Watch On The Moon, Omega Railmaster, Omega Ultraman, Rolex Datejust, Rolex Daytona, Rolex Submariner, Rolex GMT Master, Rolex Pepsi, Rolex Coke, Rolex Vintage, Oysterquartz, Oysterperpetual, Quartz, Royal Oak, Nautilus, Calatrava, 1675, 5513, 5512, 40s, 50s, 60s, 70s, 80s, 90s, Montres Neo Retro, Neo Retro, Seiko, Swatch, Sablier, Sablier-Watches

Montres Vintage : petit guide de rationalisation


Rolex GMT-Master 16700 / Rolex Datejust 1601

"Deux excès : exclure la raison, n'admettre que la raison" Blaise Pascal.


Que vous soyez un amateur convaincu de montres vintage ou bien un novice au regard neuf et frais sur le sujet, cet article devrait vous intéresser. Si vous avez déjà lu un de mes articles sur Sablier, vous aurez compris mon attachement aux garde-temps anciens des années 1940 à 1990. Si je suis, au même titre que nombre de collectionneurs, convaincu de l'intérêt des montres vintage, le défi que je me lance aujourd'hui est de vous en persuader également.


La passion de l'horlogerie ancienne qui m'anime peut paraître déraisonnable à plusieurs égards, tout d'abord elle est coûteuse financièrement (c'est un euphémisme), elle est également chronophage. Enfin, elle est par essence frustrante car chaque jour qui passe me rappelle à quel point je suis loin de connaître tout sur ce sujet passionnant. L'accumulation de dates, de références, d'anecdotes et de connaissances ne suffit pas à se prétendre expert tant le volume de savoir semble inépuisable dans ce champs.


Passion déraisonnable, donc ? Je vais tâcher de vous prouver, arguments à l'appui, que mon intérêt pour les montres anciennes n'est pas forcément un excès au sens pascalien du terme.


Qu'est ce que l'horlogerie vintage ?


Vintage Omega Seamaster Calendar ad

Avant de commencer à traiter cet épineux sujet, il est important de comprendre ce terme tendance qu'est le "vintage". Etymologiquement, ce mot vient du français "vendange". Vendange puis saison des vendanges et enfin cuvée ou millésime, c'est comme ça que nous arrivons à l'idée de cuvée ancienne millésimée. Parti de l'univers feutré des vignobles français, le mot vintage est, depuis les années 1980, utilisé dans bien d'autres champs lexicaux comme celui de la mode, de l'automobile ou encore, bien sûr, de l'horlogerie.


Mais, alors, qu'est-ce que l'horlogerie vintage ? On ne peut pas la définir par l'horlogerie d'occasion, par l'horlogerie antique ou encore par l'horlogerie de collection. Quelles sont les nuances qui séparent ces différents termes ?


L'horlogerie d'occasion peut simplement être définie par l'ensemble des montres qui sont en vente en seconde main. Ces pièces peuvent être, ou non, encore en production à l'instant T. Communément, on parle de montres d'occasion pour les pièces produites dans les 20 dernières années donc entre 1998 et 2018.


L'horlogerie vintage est, quant à elle, communément définie comme l'ensemble des garde-temps produits il y a moins de 100 ans mais plus de 20 ans. Concrètement, toutes les montres produites entre 1918 et 1998.


L'horlogerie antique regroupe toutes les pièces produites il y a plus de 100 ans, c'est à dire toutes les montres produites avant 1918.


Enfin, l'horlogerie de collection est une sous-catégorie commune à plusieurs périodes. Les montres de collections sont les pièces qui prennent de la valeur au fil du temps. Ces garde-temps sont presque exclusivement mécaniques, de maisons prestigieuses basées en Suisse. Ces pièces de collection ne sont pas systématiquement vintage, elles peuvent être récentes comme par exemple la Patek Philippe Nautilus 5711.


L'horlogerie vintage, un investissement intéressant ?


Le premier argument permettant bien souvent de rationaliser une passion pour l'horlogerie vintage est l'aspect financier. Une montre vintage permettrait de placer ses ressources financières en faisant fructifier ce placement au fil du temps. Qu'en est-il vraiment ?


L'horlogerie vintage peut en effet être intéressante financièrement lorsque l'on regarde froidement l'évolution des cotes de modèles phares comme la Rolex Daytona, la Submariner ou encore l'Omega Speedmaster pour ne citer que quelques références incontournables.


Ce n'est en revanche que le haut de l'iceberg et de nombreuses pièces de maisons plus confidentielles voient leurs cotes stagner voire baisser. Des maisons comme Vacheron Constantin, Ulysse Nardin ou encore Corum sont par exemple des manufactures qui n'ont pas toujours le vent en poupe auprès des collectionneurs. Malgré la qualité intrinsèque des productions de ces maisons dans les années 40 à 70, la cote de ces montres n'augmente pas nécessairement.


Outre le fait que la création de valeur (à la revente) se limite à quelques marques phares et à quelques références, l'horlogerie vintage est également très coûteuse à entretenir. Afin de conserver la pièce dans un bon état de fonctionnement, une révision chez un horloger compétent sera nécessaire tous les 5 ans environ. Cette prestation vous coûtera entre 250€ (pour une trois aiguille simple) et 700€ (pour un chronographe ou une montre à complication) environ. Cette somme peut bien sûr être plus élevée sur des montres à forte valeur.


Audemars Piguet Royal Oak 4100BA

Enfin, il peut arriver (c'est le jeu), qu'une pièce soit défectueuse. C'est une possibilité qui doit être envisagée sur des montres produites il y a plusieurs décennies et qui ont parfois connues plusieurs propriétaires plus ou moins consciencieux. Dans un tel cas de figure, le montant des réparations peut rapidement vous coûter très cher.


Ainsi, il est probable que si vous collectionnez les Rolex vintage, que vous n'achetez que des pièces révisées récemment et que vous les revendez dans les 2 ou 3 ans après l'acquisition, vous ferez des plus values intéressantes. En ce sens, l'horlogerie vintage est en effet un placement intéressant et de plus en plus de collectionneurs (investisseurs ?) entrent dans cette catégorie d'acheteurs.


Malgré cela, bon nombre de collectionneurs de montres vintage s'intéressent à d'autres manufactures historiques (et heureusement), conservent leurs pièces plus de 5 ans et, par conséquent, assument les frais de réparation et de révision. Ces passionnés ne le sont pas par appât du gain et peuvent parfois perdre de l'argent. Mais quand on aime, on ne compte pas, n'est-ce pas ?


Et le charme du vintage dans tout ça ?


Rolex Submariner 5513 "meters first" 1970

Une montre vintage ce n'est pas seulement un moyen de sur-performer le CAC40, c'est aussi et surtout un trait d'union entre un passé glorieux et un présent parfois grisâtre. La montre vintage est symbolique d'une époque révolue, elle représente les aspirations et besoins d'une décennie. Utilitaires et austères dans les années 40, élégantes et raffinées dans les années 50 et 60, atypiques et technologiques dans les années 70... les montres vintage sont des témoins du passé.


Comment cela se caractérise concrètement ? Deux marqueurs principaux : les affres du temps et la distinction temporelle.


Les affres du temps affectent les différents composants de la montre. Le cadran va voir sa couleur petit à petit se patiner, les index tritium vont parfois prendre une belle couleur coquille d'oeuf, les lunettes des montres de plongée se patinent également. Concernant les bracelets acier, ils perdent de leur rigidité et deviennent plus souple suite à de nombreuses heures au poignet. Ces affres du temps peuvent affecter positivement la valeur et l'attractivité d'une pièce (s'il s'agit d'un cadran qui vire chocolat ou bien d'index qui prennent une jolie patine) ou bien négativement (bracelet métal détendu, verre rayé, cadran piqué...).


Les montres vintage se distinguent également par la distinction temporelle qu'elles permettent. Une pièce ancienne peut, en fonction des décennies, se démarquer plus ou moins fortement des productions contemporaines. Concrètement, une montre des années 40/50 se démarquera par la simplicité du dessin et par la petitesse de sa boîte en comparaison des standards actuels (33 à 35mm contre 40 à 44mm). Une pièce des années 70 sera reconnaissable par son dessin anguleux et novateur (Royal Oak, Nautilus...).


Omega Seamaster auto 70s

Ce sont ces deux marqueurs que les esthètes de l'horlogerie vintage recherchent. C'est pour cela qu'un cadran chocolat sera très recherché et qu'une montre très marquée stylistiquement correspondra toujours aux goûts d'un certain type de collectionneurs.


Globalement, les montres vintage sont plus fines, proposent des diamètres plus contenus et offrent un charme patiné, une esthétique passée qui fait voyager et oublier l'instant. Porter une montre vintage c'est partager les souvenirs du premier propritétaire qui a potentiellement acheté cette pièce en boutique pour ses fiançailles.


Paradoxalement, la montre vintage a quelque chose de très personnel car elle est souvent le fruit d'une longue réflexion axée sur des goûts précis (boitier rond, 36mm, trois aiguilles ou bien montre de plongée, 40mm, patine chocolat, etc...). Cependant, ce compagnon de vie est également porteur de souvenirs de tiers qui l'ont possédé auparavant. La montre vintage est donc porteuse de mémoire, c'est en ce sens qu'on parle "d'âme".


Là où une montre neuve est impersonnelle, aurait pu vous correspondre comme correspondre à votre voisin, la montre vintage choisi son propriétaire autant que l'inverse.


Une passion éco-consciente ?


Tudor Submariner 79090

Si l'horlogerie vintage est souvent mise en avant sur le plan financier (investissement) ou bien affectif (charme de l'ancien), il est un autre argument qui commence à se faire entendre : celui de l'économie circulaire.


Nous sommes tous en train de vivre un changement sociétal majeur, celui de la prise de conscience écologique. L'idée selon laquelle nous pouvons consommer les ressources primaires (naturelles) ou secondaires (produits transformés) de manière irréfléchie et sans limite n'est plus d'actualité.


L'industrie du textile est aujourd'hui la plus polluante et la plus productiviste mais la mode et les habitudes de consommation en matière de textile évoluent dans le bon sens. Friperies, revente de vêtements usagés, tous ces nouveaux modes de consommation se développent.


Ainsi, de plus en plus d'acheteurs de vintage s'intéressent également à l'horlogerie ancienne en tant qu'éthique de consommation.


D'un côté, l'horlogerie ancienne représente une forme de résistance à l'heure où Apple est l'entreprise la plus côté au monde et où l'Apple Watch représente à elle seule un volume d'affaires supérieur à celui de Rolex. Acheter une montre ancienne c'est dire non à des nouvelles technologies trop souvent limitées par l'obsolescence programmée. Refuser de changer de montre connectée tous les 2 ans et préférer investir dans une belle pièce vintage à conserver sur plusieurs années voire plusieurs décennies devient un geste engagé, limite politique.


De plus, il va sans dire qu'acquérir une montre ancienne c'est renoncer à une montre neuve et donc limiter les achats de produits neufs. A grande échelle, de tels comportements limiteront les productions sur les années futures et la planète ne s'en portera pas plus mal.


L'horlogerie vintage est d'autant plus à même de répondre à ce besoin de circularité qu'une montre mécanique est pensée pour être utilisée pendant plusieurs décennies. Bien entretenue, un garde-temps pourra vivre plusieurs vies auprès de plusieurs propriétaires sans aucun problème, plutôt pratique.


Alors, convaincu ?


Omega Genève Crosshair 1961

Acheter aujourd'hui une montre mécanique produite en 1965 pour la somme de 1 500€ alors que pour 300€ vous pouvez trouver une apple watch de 2017 peut paraître totalement irrationnel. D'autant plus irrationnel que cette montre n'a pour fonction que l'affichage de l'heure et de la date du jour avec une précision de plus ou moins 15 secondes par jour (les joies du vintage). Sa concurrente de la marque à la pomme propose pour information des fonctions telles que le renvoi d'appel ou l'envoi d'SMS sans mentionner le décompte des pas effectués quotidiennement.


Malgré cela, la montre vintage vous permettra de conserver une certaine valeur voire d'espérer une plus-value si revente il y a (là ou la montre connectée ne vaudra plus rien dans 2 ans), elle vous permettra de porter une montre qui a déjà vécu plusieurs vies, qui a une âme et, enfin, elle n'a pas enrichi une multinationale aux pratiques de production douteuses (les joies d'être un enfant à Shenzhen...).


Argument financier, argument esthético-émotionnel et argument éco-conscient. Qui est donc maintenant le rationnel et l'irrationnel ? Celui qui aime les pièces anciennes porteuses de valeurs ou celui qui consomme par impulsion sans penser aux conséquence ?


Sans présenter l'horlogerie vintage comme une passion 100% raisonnable (les coups de coeur sont légion et la raison laisse parfois la place à la passion), il semblerait au minimum qu'aimer les montres anciennes n'a rien d'irrationnel. Aucun excès, donc, selon Pascal.