Montres vintage, une passion éco-responsable ?


"L'environnement, c'est tout ce qui n'est pas moi" Albert Einstein


Partons de ce postulat délibérément simpliste afin de développer un sujet d'actualité, un sujet brûlant et prioritaire : l'écologie.


L'idée n'est pas aujourd'hui de vous fournir une synthèse des idées d'Europe Ecologie Les Verts ou bien de vous convaincre d'effectuer, au plus vite, une donation à Greenpeace. Je souhaite simplement présenter les impacts de l'urgence écologique sur ce qui nous rassemble aujourd'hui : les montres anciennes.


Si l'environnement regroupe tout ce qui nous entoure, mettons de côté nos congénères humains pour s'intéresser à notre planète, à la faune et à la flore qui la peuplent et que nous impactons quotidiennement par nos (et quand je dis "nos", je pense aussi et surtout à nos leaders politiques et à nos multinationales, peu importe dans quel pays nous nous trouvons) manières de produire et consommer.


Depuis près de 200 ans, les conséquences de l'accélération de nos cadences de production (depuis la première révolution industrielle) sont désastreuses sur l'environnement. Nous sommes aujourd'hui à la limite du point de non retour et sans changement majeur de nos habitudes de consommation et de production, le réchauffement climatique conduisant à la fin du monde tel qu'on le connaît deviendra irréversible.


Cette urgence absolue a donc des répercutions directes sur nos façons de nous nourrir, de nous habiller, de nous loger, de nous déplacer etc...


Nous en arrivons donc à ce qui nous intéresse aujourd'hui, quel impact pour le micro-univers des montres vintage dans ce contexte d'urgence climatique ?


La circularité comme réponse


Zenith vintage (70s)

Les montres mécaniques (suisses principalement, mais pas que) ont, pendant très longtemps, été pensées pour être entretenues et avoir plusieurs vies et même si c'est de moins en moins le cas, il est évident que bien des manufactures souhaitent encore inscrire leurs productions dans le temps long.


Ainsi, au même titre qu'un appartement, une montre vintage a eu plusieurs propriétaires et en aura certainement encore d'autres avant que n'arrive le moment fatidique du dernier tour d'aiguille.


L'illustration la plus parlante à ce sujet reste le slogan de la prestigieuse manufacture Patek Philippe "vous ne possédez jamais vraiment une Patek Philippe, vous en êtes juste le gardien pour les générations suivantes". Ce discours marketing cantonne la pièce à l'intérieur d'un cercle familial mais l'idée est là. Que la transmission se matérialise par un don ou par un contrat pécuniaire, elle est, et c'est tout ce qui compte.


Une montre vintage a donc plusieurs vies et peut, à condition qu'elle ait été entretenue sérieusement, tourner à merveille même plusieurs dizaines d'années après sa production initiale. Ce fait peut être une banalité sans nom pour tout collectionneur habitué à ce discours mais prenons un peu de recul et comprenons à quoi s'oppose la montre vintage aujourd'hui, en 2019.


Une industrie horlogère complexe



L'industrie horlogère de 2019 n'est plus celle de 2010 et est à des années lumières de celle des années 1960. Nous trouvons aujourd'hui d'un côté des "maisons" comme Cluse, Daniel Wellington ou encore Triwa qui produisent et vendent des millions d'exemplaires de montres "fashion" fabriquées à Shenzhen pour quelques euros/pièce. De l'autre côté du spectre, il y a A. Lange & Sohne ou encore Patek Philippe, des manufactures traditionnelles complètement intégrées à la production volontairement limitée et basées respectivement en Allemagne et en Suisse.


Entre les deux, la guerre est rude pour les traditionnels acteurs suisses qui n'hésitent pas à se consolider au sein de groupes mastodontes (Swatch Group, Richemont) afin de résister. Enfin, depuis quelques années, le géant américain Apple se permet de venir titiller les suisses sur leur terrain historique avec des montres qui ne sont, en fin de compte, que des extensions de nos smartphones.


L'empreinte écologique de tous ces acteurs n'est pas la même, c'est évident. Elle est catastrophique pour les montres bas de gamme du "fast watchmaking" qui réagit aux tendances et qui voyage à travers le monde (conception en Europe ou aux USA, prototypage & produtction en Chine, commercialisation et stockage dans le monde entier). Apple est également dans ce cas de figure et présente un impact écologique très négatif.


L'impact des maisons moyenne gamme est, quant à lui plus limité bien que de plus en plus de pièces viennent d'asie (assemblage en Suisse). En revanche, la baisse de la demande asiatique du début des années 2010 suite aux lois anti-corruption a entraîné une surproduction non anticipée de ces maisons. Le marché gris (revente de montres neuves en dehors des canaux de distribution classiques) a explosé afin de permettre à ces marques de liquider leurs stocks et aux consommateurs de bénéficier de remises importantes.


Enfin, les maisons haut de gamme ont un impact plus limité même si elle sont très demandeuses en matériaux tels que l'or ou la platine. Rolex, par exemple, est l'un des plus gros acheteurs d'or au monde derrière les Etats.


Lier l'utile (et responsable) à l'agréable


Seiko vintage

S'il est commun de rapprocher la passion pour les montres vintage et celle des automobiles de collection (d'ailleurs les passionnés de ces deux univers sont bien souvent les mêmes), les nouvelles façons de consommer changent la donne.


En effet, se faire plaisir et sortir sa belle MG rutilante tout droit sortie des années 1960 lors des dimanches ensoleillés risque de devenir un luxe. Je ne parle pas ici de l'aspect financier mais bel et bien éthique. Il va devenir de plus en plus compliqué de se déplacer au volant d'une automobile de collection qui consomme parfois plusieurs dizaines de litres aux 100km (si elle ne sort pas souvent, autant se faire plaisir) à l'heure où des moteurs diesel extrêmement sobres se font taxer et subissent une très mauvaise presse. L'heure est clairement à la sobriété énergétique, n'en déplaise aux esthètes.


La montre vintage bénéficie d'une force rare : elle n'a besoin d'aucune énergie polluante. Si elle est mécanique à remontage manuel, quelques tours de couronne suffiront, si elle est automatique, elle produira elle-même son énergie. Ainsi, elle permet de ne pas sur-consommer en achetant une montre neuve et n'aura aucun impact sur l'environnement.


Vous allez me dire que si nous n'achetons pas de montres neuves, les marques auront quand même produit au préalable et que donc, les modèles en question se retrouveront sur un site de ventes-privées ou bien sur le marché gris. Vous avez raison, à court terme. Si cette nouvelle façon de consommer le produit horloger se généralise et ne reste pas au stade de micro phénomène de consommation, les productions diminueront et l'effet sera positif.


D'ici là, vous aurez économisé de l'argent (le vintage est, en moyenne, bien plus accessible que le neuf), singularisé votre consommation (nous sommes loin des montres produites par milliers, le charme de la patine rend chaque montre vintage unique) et préservé la planète.


Changer l'environnement en commençant par soi


Omega Speedmaster Mark II

Certes, sans un changement majeur de politique de la part de nos leaders et sans une prise de conscience irréversible de la part des dirigeants des multinationales, il sera impossible de faire machine arrière.


Mais le tragique de la situation impose un peu de romantisme, il convient tout de même d'essayer. Il est évident qu'un changement est plus aisé à assumer s'il est agréable. Je vous propose donc de (re)découvrir les joies du vintage. Se faire plaisir avec une belle montre des années 1960 devient, aujourd'hui, un geste politique et reflète, en quelque sorte, un engagement.


Alors, engagez-vous, vous verrez, un petit changement interne peut impacter de manière positive l'environnement.


© 2018 by Bastien. Proudly created with Wix.com

  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches

Key Words

Rolex, Omega, Jaeger-Lecoultre, Tudor, Breitling, Zenith, Longines, Patek Philippe, Vacheron Constantin, Audemars Piguet, Baume & Mercier, Chronographe Suisse, Universal Genève, Nivada, Auricoste, Triton, Cyma, Montres Vintage, Montres Anciennes, Montres Militaires, Montres Occasion, Vintage, Collection, Collectionneur, Histoire, Montres Historiques, Landeron, Venus, Valjoux, Gerald Genta, Horlogerie, Horloger, Suisse, Bracelet Montre, CHI, Compulsion Horlogère, Hans Wilsdorf, Lemania, Tool Watch, Toolwatch, Wristshot, Lip, Yema, Dirty Dozen, RAF, MOD, British Military, Omega Seamaster, Omega Speedmaster, Moonwatch, First Watch On The Moon, Omega Railmaster, Omega Ultraman, Rolex Datejust, Rolex Daytona, Rolex Submariner, Rolex GMT Master, Rolex Pepsi, Rolex Coke, Rolex Vintage, Oysterquartz, Oysterperpetual, Quartz, Royal Oak, Nautilus, Calatrava, 1675, 5513, 5512, 40s, 50s, 60s, 70s, 80s, 90s, Montres Neo Retro, Neo Retro, Seiko, Swatch, Sablier, Sablier-Watches