© 2018 by Bastien. Proudly created with Wix.com

  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches

Key Words

Rolex, Omega, Jaeger-Lecoultre, Tudor, Breitling, Zenith, Longines, Patek Philippe, Vacheron Constantin, Audemars Piguet, Baume & Mercier, Chronographe Suisse, Universal Genève, Nivada, Auricoste, Triton, Cyma, Montres Vintage, Montres Anciennes, Montres Militaires, Montres Occasion, Vintage, Collection, Collectionneur, Histoire, Montres Historiques, Landeron, Venus, Valjoux, Gerald Genta, Horlogerie, Horloger, Suisse, Bracelet Montre, CHI, Compulsion Horlogère, Hans Wilsdorf, Lemania, Tool Watch, Toolwatch, Wristshot, Lip, Yema, Dirty Dozen, RAF, MOD, British Military, Omega Seamaster, Omega Speedmaster, Moonwatch, First Watch On The Moon, Omega Railmaster, Omega Ultraman, Rolex Datejust, Rolex Daytona, Rolex Submariner, Rolex GMT Master, Rolex Pepsi, Rolex Coke, Rolex Vintage, Oysterquartz, Oysterperpetual, Quartz, Royal Oak, Nautilus, Calatrava, 1675, 5513, 5512, 40s, 50s, 60s, 70s, 80s, 90s, Montres Neo Retro, Neo Retro, Seiko, Swatch, Sablier, Sablier-Watches

Rolex GMT-Master "Pepsi" : le syndrome Greenspan ?


Rolex GMT-Master Pepsi 16700

En 1996, le responsable de la FED (banque centrale américaine) Alan Greenspan alertait l'opinion du danger de surévaluation de certains actifs. Son expression désormais célèbre "d'exubérance irrationnelle" des marchés financiers eu ensuite un écho tout particulier suite à l'explosion de la bulle internet des années 2000 puis, suite à la crise des sub-primes.

L'idée sous-jacente défendue par Greenspan consiste à dire que les effets de masse (effet "moutonnier") assortis d'une perspective de plus-value record engendrent une forte hausse de l'attractivité et donc de la valeur des actifs prometteurs. Cette ruée vers l'or génère une surévaluation suivie d'une correction radicale, d'une chute importante de la valeur de ces actifs dans un second temps.

Cette exubérance irrationnelle des marchés financiers s'est vérifiée dans le cas de la bulle internet, de la crise des sub-primes mais également, dans une moindre mesure, avec le cas Bticoin. La reine des crypto monnaies subit en effet une sévère correction en 2018 après une envolée du cours fin 2017.

Qu'en est-il de l'horlogerie vintage et, plus particulièrement, des Rolex de collection ? Etant donné que ces pièces sont considérées comme des actifs particulièrement lucratifs par bon nombre d'investisseurs avides, sont-elles soumises aux même phénomènes que n'importe quel actif financier ?

Pour illustrer cette interrogation, quoi de mieux que LA montre du moment, la "Pepsi" ?

Brève histoire de la "Pepsi"

Les années 50 sont la décennie du renouveau et du développement d'après-guerre. Parmi les nombreux bouleversements qui interviennent à cette période, les vols commerciaux se démocratisent et se multiplient. Avec ce phénomène se développe le besoin pour les pilotes et les personnels de bord de posséder une montre à double fuseaux horaires.

Ainsi, en 1954, Rolex lance la GMT-Master (GMT pour Greenwich Mean Time) référence 6542.


Rolex GMT-Master Pepsi 6542 ad

Cette montre est révolutionnaire car, grâce à sa lunette tournante en Bakélite et à sa quatrième aiguille GMT, elle permet de voir rapidement l'heure d'un second fuseau horaire.Le fonctionnement est simple : si vous êtes à New York (-6h par rapport à Paris), il vous suffit de tourner la lunette et d'aligner l'index à 12h avec l'inscription 18 sur la lunette tournante (24h - 6h de décalage = 18h). Ainsi, la quatrième aiguille indiquera l'heure de Paris sur la lunette tournante.

Ce procédé, relativement simple, est en réalité révolutionnaire. Jusqu'ici, les seules montres de voyageurs étaient des "worldtimers" qui indiquaient les fuseaux horaires du monde entier sur le cadran, difficilement lisible donc.


Vintage Tissot "Worldtimer"

De plus, la 6542 devient également mythique grâce à se lunette bicolore bleu et rouge. Ces deux couleurs permettaient de voir très rapidement si le pays du second fuseau horaire programmé était en période diurne ou nocturne.


Rolex GMT-Master Pepsi 6542

La 6542 a été produite entre 1954 et 1959, au sein de cette référence, la version cadran blanc éditée en très petite série pour la mythique compagnie aérienne américaine, la Pan Am, est la plus recherchée.

La première GMT-Master arrête donc sa carrière en 1959 principalement en raison de la fragilité de la lunette en Bakélite (verre). Sa remplaçante, la 1675, proposera une lunette en acier bien plus résistante.

La 1675 est aujourd'hui la référence la plus recherchée de GMT-Master. Solide, mythique, patinée, elle est un must-have pour tout collectionneur fortuné.


Vintage Pan Am 1675 ad

La 1675, à l'instar de la 6542, a été éditée pour la Pan Am et Rolex n'a pas hésité à communiquer sur cette compagnie mythique (cf publicité ci-dessus). Toujours en mettant en avant le côté technique, professionnel et utilitaire (dans le bon sens du terme), Rolex a posé les bases de la légende "Pepsi".

Au fil du temps, la GMT-Master a été surnommée "Pepsi" par les passionnés et collectionneurs en raison du bleu et du rouge de sa lunette, les mêmes couleurs que la célèbre marque de soda. Plus tard, des déclinaisons présentant un insert de lunette rouge et noir ("Coke") et bleu et noir ("Batman") seront ajoutées au catalogue.

De nombreuses références et déclinaisons seront lancées au fil du temps pour pérenniser ce modèle mythique qu'est la GMT-Master jusqu'à la référence 16700 qui sera produite jusqu'à la fin des années 1990.

Suite à cela, la GMT-Master II sera lancée avec la référence 16710. La GMT-Master II étrennera plusieurs innovations (date semi rapide, couronne Twinlock, verre Saphir avec Cyclope) même si certaines d'entre elles étaient déjà présentes sur la GMT-Master 16700.

Dans les années 2010, plus aucune référence de GMT-Master II "Pepsi" en acier n'était présente au catalogue Rolex, la seule alternative était la GMT-Master II référence 116719 BLRO en or blanc. Pas le même ticket d'entrée donc...

Ainsi, lorsque Rolex annonce à Baselworld 2018 la nouvelle Pepsi acier sur bracelet Jubilé (rappel aux références vintage) avec la référence 126710 BLRO, les collectionneurs s'enflamment. Après de nombreuses années à attendre le retour de la Pepsi acier, cette annonce a fait l'effet d'une bombe et a déclenchée la "folie Pepsi" que nous connaissons actuellement.


Rolex 126710 BLRO

Outre les nombreuses maisons qui ont, dans la foulée, présentées leurs versions de la Pepsi, Rolex a également lancé une Pepsi chez Tudor, la marque petite soeur de la firme à la couronne. De plus, la cote de toutes les Pepsi vintage a explosé suite à cette réédition tant attendue.

Cette longue et prestigieuse histoire est donc aujourd'hui mise en lumière par cette réédition qui tire les prix de toutes les références de Pepsi vintage vers le haut.

Cette folie Pepsi s'illustre par les prix exorbitants auxquels s'échangent la 126710 BLRO de 2018. En effet, Rolex la propose à 8 500€ en boutique. Problème, si vous voulez en acquérir une, préparez vous à attendre au moins deux ans sur une liste d'attente déjà bien remplie. Si vous n'êtes pas déjà un bon client Rolex, il est même probable que vous ne puissiez jamais acheter la fameuse Pepsi version 2018.

L'offre étant limitée (volontairement) par Rolex, et la demande étant de plus en plus importante, les quelques exemplaires disponibles sur le marché de la seconde main s'échangent au double du prix de vente public. Ainsi, vous pourrez trouver quelques pièces sur Chrono24 pour 16 000 à 18 000€... pas exactement une bonne affaire.

Exubérance irrationnelle des investisseurs horlogers

Aujourd'hui, le 6 octobre 2018, la Pepsi version 2018 s'échange donc deux fois plus cher en occasion qu'en neuf. La 1675 s'acquiert pour 12 000 à 16 000€ environ. La 6542 pour 20 000 à 100 000€ en fonction des déclinaisons. Il y a encore 5 ans, ces prix semblaient impossibles à atteindre.

Avec la folie Pepsi actuelle, nul doute que cette tendance haussière (comme le dirait un trader de la City) va perdurer. Ainsi, la GMT-Master et sa petite soeur la GMT-Master II sont petit à petit devenues des placements. La Daytona étant de moins en moins accessible, la Pepsi devient la pièce-placement par excellence.


Rolex GMT-Master Pepsi 16700

Comme toute prophétie auto-réalisatrice, le fait de répéter que la valeur de la Pepsi va continuer à prendre 15-20% en moyenne par an engendre des comportements moutonniers et la tendance est clairement à l'achat massif de ces pièces. Ainsi, la ruée vers l'or bleu et rouge promet de belles plus-values à tout possesseur de Pepsi dans les années à venir.

Après avoir échangé avec de nombreux marchands et experts de l'horlogerie vintage, que ce soit au WTA (Watch Traders Association) à Munich, à Londres ou bien à Paris, je peux vous dire qu'ils sont tous unanimes : la Pepsi va continuer sur sa lancée.

Alors, devant cet investissement bien juteux, comment résister ? Comme dans chaque situation d'exubérance irrationnelle d'un marché avec une valeur multipliée en un temps record, peut-on redouter une correction brutale ? Une perte de valeur importante suite à l'explosion de la bulle Pepsi (pas mal, non ?) ?

Une bulle peut exploser lorsque la valeur intrinsèque de l'actif sous-jacent est trop largement inférieure à la valeur faciale de cet actif. Par exemple, l'entreprise Snapchat évaluée à plusieurs milliards de dollars ne génère pas de profits, sa valeur comptable est donc faible alors que sa valeur faciale est très élevée, peut-on considérer qu'il y a une bulle Snapchat ? Doit-on au contraire considérer que la performance économique actuelle ne suffit pas à laisser présager les perspectives futures d'un actif ? Toute la question est là.

Il est en est de même pour la Pepsi même si cette montre a une valeur intrinsèque élevée en raison de la qualité de fabrication Rolex. Cette maison est reconnue comme une référence en terme de fiabilité, de robustesse et de rapport qualité-prix. Malgré cela, la valeur faciale des Pepsi est en train d'exploser de manière irrationnelle. Est-ce que l'explosion des prix est dénuée de toute logique ou bien traduit-elle une tendance sur le long terme ?

Si répondre à cette question semble difficile, il convient de se tourner vers l'historique récent. La valeur de la Daytona a pris plus de 5 000% entre 1980 et 2010, sur ces 30 années, l'or a pris seulement 300%... Suite à cette explosion de la valeur du célèbre chronographe à la couronne, aucune correction n'a été observée et la Daytona reste aujourd'hui une star incontestée des salles de vente. Un phénomène (presque) similaire peut être observé avec la Submariner vintage.

La marque à la couronne semble donc bénéficier d'une insolante immunité et rien ne laisse présager une correction de la valeur des Pepsi.

Malgré cela, je resterais personnellement à l'écart de la folie de la Pepsi 2018 et m'intéresserait plus particulièrement au vintage (vous commencez à me connaître) qui semble plus pérenne et moins soumis aux fortes fluctuations de valeur.

La GMT-Master 16700, la meilleure porte d'entrée ?


Rolex GMT-Master Pepsi 16700

Oublions, pour un temps, ces considérations financières et concentrons-nous sur le coeur de ce qui nous intéresse aujourd'hui : la Pepsi en elle-même.

J'ai personnellement récemment franchi le pas et je me suis laissé tenté par un exemplaire de 16700 de 1991. Tout juste vintage, ce modèle est encore relativement accessible et permet de bénéficier de l'ADN Pepsi sans pour autant vendre un organe, plutôt pratique.

La 16700 présente donc la fameuse lunette bleu et rouge Pepsi en acier, des index Tritium T<25 cerclés d'or blanc, un verre saphir Cyclope et un système de date rapide. Il s'agit de la dernière Pepsi à bénéficier du nom de GMT-Master, la dernière descendante directe de la 6542 initiale.

Le calibre 3175 fait vivre cette 16700, concernant le bracelet, elle est montée sur un Oyster 93150.


GMT-Master 16700 - Oyster 93150

Cette pièce présente un insert de lunette très légèrement "faded", le rouge est moins vif que lors sa sortie d'usine et un parfum très légèrement vintage se dégage de cette montre.

Alors, pourquoi la 16700 me direz-vous ? Parce qu'elle est désormais vintage, qu'elle est la dernière représentante de la lignée GMT-Master et parce qu'elle est encore relativement accessible. Une très belle porte d'entrée pour une Pepsi indémodable et intemporelle.

Vous pouvez aujourd'hui trouver une GMT-Master 16700 en bon état sans boîte/papiers pour environ 7 000 à 8 000€. Si vous voulez absolument la boite et les papiers, comptez plutôt 8 000 à 10 000€.

Au même titre que les autres références de GMT-Master ou GMT-Master II, la 16700 va bénéficier de cette folie Pepsi et devrait prendre 15 à 20% par an. Certes, elle n'atteindra pas de si tôt les prix de la 6542 ou de la 1675 mais si vous ne visez pas les records de vente mais plutôt le plaisir de porter une montre mythique qui a révolutionné son époque, cette 16700 est toute indiquée.

Qu'en dirait Greenspan ?

Exubérance irrationnelle ou non ? Si la cote des Pepsi est aujourd'hui en progression continue, il semble compliqué d'appliquer la théorie financière à cet "actif" horloger.

Rolex semble au delà de toute fluctuation et la courbe de la valeur faciale des productions de la firme à le couronne ressemble plus à une fonction exponentielle qu'à une fonction cosinus. Mais oublions les mathématiques (je suis au bout de mes connaissances, désolé), la Pepsi devrait conserver une valeur importante et suivra probablement la tendance de la Daytona. Désolé Alan.

Alors que vous soyez investisseur ou collectionneur, vous trouverez certainement une référence qui vous conviendra. Néanmoins, ne tardez pas trop, la Pepsi sera bientôt inaccessible, vous pourriez vous en mordre les doigts. Et si, finalement, la Pepsi était la plus rationnelle des exubérances irrationnelles...