© 2018 by Bastien. Proudly created with Wix.com

  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches

Key Words

Rolex, Omega, Jaeger-Lecoultre, Tudor, Breitling, Zenith, Longines, Patek Philippe, Vacheron Constantin, Audemars Piguet, Baume & Mercier, Chronographe Suisse, Universal Genève, Nivada, Auricoste, Triton, Cyma, Montres Vintage, Montres Anciennes, Montres Militaires, Montres Occasion, Vintage, Collection, Collectionneur, Histoire, Montres Historiques, Landeron, Venus, Valjoux, Gerald Genta, Horlogerie, Horloger, Suisse, Bracelet Montre, CHI, Compulsion Horlogère, Hans Wilsdorf, Lemania, Tool Watch, Toolwatch, Wristshot, Lip, Yema, Dirty Dozen, RAF, MOD, British Military, Omega Seamaster, Omega Speedmaster, Moonwatch, First Watch On The Moon, Omega Railmaster, Omega Ultraman, Rolex Datejust, Rolex Daytona, Rolex Submariner, Rolex GMT Master, Rolex Pepsi, Rolex Coke, Rolex Vintage, Oysterquartz, Oysterperpetual, Quartz, Royal Oak, Nautilus, Calatrava, 1675, 5513, 5512, 40s, 50s, 60s, 70s, 80s, 90s, Montres Neo Retro, Neo Retro, Seiko, Swatch, Sablier, Sablier-Watches

Seiko King Quartz, une pure pépite des années 70



"Qu'est ce que l'art sinon ce par quoi les formes deviennent style" Jean-Luc Godard.



L'art horloger qui permet de transformer une forme simple en élément stylistique incontournable est bien souvent cantonné au génie créatif du désormais célèbre Gérald Genta. Il est vrai que ses créations (Universal Genève Polerouter, Omega Constellation, Audemard Piguet Royal Oak, Patek Philippe Nautilus...) ont révolutionné le milieu du design horloger.


Toutefois, éloignons-nous légèrement de la suisse et du coup de crayon quasi-légendaire de Genta afin de découvrir un tout autre univers, celui de la manufacture Tokyoïte Seiko.


Si vous souhaitez revenir brièvement sur la (très) riche histoire de Seiko, n'hésitez pas à consulter mon dernier article à ce sujet.


Bien loin des manufactures helvétiques, Seiko a su, au fil du temps, impressionner par des designs engagés et extrêmement bien exécutés. découvrons cela avec une petite pépite sortie tout droit des années 1970 : la King Quartz.


Prestigieuses racines


King Seiko vintage

A la fin des années 1960, le marché mondial de l'horlogerie est dominé de manière incontestable par la Suisse et ses manufactures séculaires. En revanche, durant cette décennie, Seiko a su se faire une place au soleil avec deux gammes visant à concurrencer les productions helvétiques de manière frontale : les King Seiko et Grand Seiko.


Ces deux gammes à la qualité de production indéniable, ont, encore aujourd'hui, une très bonne image auprès de nombreux collectionneurs et impressionnent les amateurs du monde entier.


D'ailleurs, plusieurs références ont même eu le privilège de recevoir la certification "Chronometer Officialy Certified", un exploit pour une production non-suisse.


Nous sommes donc à la fin des années 1960 et une importante innovation vient secouer le marché horloger mondial : le quartz.


Poussé par Seiko et les innovantes manufactures japonaises, le quartz emporte tout sur son passage et provoquera, quelques années plus tard, la fameuse "crise du quartz" détruisant ainsi bon nombre d'emplois en suisse.


Les consommateurs du monde entier désirent désormais une montre à quartz bien plus précise et innovante que les trop classiques montres mécaniques.


Ce mouvement de marché va même impacter Seiko, la manufacture-mère qui pousse cette nouvelle technologie. En effet, le quartz va, petit à petit, cannibaliser les collections mécaniques de la manufacture nippone.


En 1974, Seiko prend une décision très importante : arrêter la production de ses collections King Seiko et Grand Seiko afin de les remplacer respectivement par les King Quartz et Grand Quartz. En d'autres termes, adouber le quartz en tant que vaisseau amiral de la marque.


L'idée reste la même : offrir le meilleur du savoir-faire horloger japonais mais en mettant de côté les mouvements mécaniques afin de se concentrer sur l'innovation de la décennie : le quartz.


Grand Seiko refera ensuite son apparition avec un mouvement mécanique en 1998, King Seiko, de son côté, ne reviendra jamais.


Les Seiko King Quartz ont donc vu le jour dans une période de destruction créatrice au sens Schumpeterien au détriement des figures de proue de Seiko : les King Seiko & Grand Seiko, un pedigree des plus presitigieux.


Un design exceptionnel


Seiko King Quartz ref 5856-8070 (1978)

Afin de vous présenter le design de la King Quartz, j'ai décidé de choisir l'une de ses plus belles itérations (selon moi) : la référence 5856-8070.


Ce qui frappe immédiatement lorsqu'on voit cette pièce c'est l'impressionnante qualité de fabrication dont elle peut se targuer. Le boitier est travaillé de différentes façons avec une alternance de surfaces polies et brossées.


Le bracelet est un modèle de finesse et de confort, la boucle est extrêmement qualitative et respire la solidité.


Boucle King Seiko (KS)

L'élément le plus impressionnant reste à mon avis le cadran texturé. Le travail réalisé sur ce composant est délicat et l'observation à la loupe permet de visualiser ce qui reste très discret à l’œil nu : un travail sur les textures dont Seiko a le secret.


Les index appliqués et l'affichage du jour en bleu donnent un charme particulier a une pièce dont on a du mal à se séparer.


L'impression générale est excellente et on ne peut s'empêcher de penser à deux icônes horlogères lorsqu'on voit cette montre pour la première fois : l'Audemars Piguet Royal Oak et la Rolex Oysterquartz Datejust, plutôt pas mal.


La filiation avec la Royal Oak se fait par le bracelet et la forme générale de la boîte. Ce ne sont pas des sosies, nous sommes d'accord, mais le travail de Genta a certainement inspiré Seiko quelques années après la sortie de la Royal Oak.


Concernant l'Oysterquartz, le dessin général de la montre et l'extrême qualité de fabrication en font des modèles similaires sur un certain nombre d'aspects.


Une pépite encore très (trop ?) accessible


Seiko King Quartz (1978)

Si cette pièce respire la qualité de fabrication, qu'elle a des origines prestigieuses et qu'elle peut être comparée à des icônes de l'horlogerie helvétique, elle devrait logiquement s'échanger à un prix relativement élevé, ce n'est pas le cas.


Seiko est, encore aujourd'hui, une manufacture trop méconnue. Même lorsque nous parlons des Grand Seiko et King Seiko pour lesquelles le nombre de collectionneurs ne fait que grandir, la connaissance de ces montres reste très limitée en France.


Alors si nous parlons des King Quartz et Grand Quartz, la connaissance du marché pour ces pièces en encore bien moins développée. Ainsi, il est difficile de trouver ces pièces car les collectionneurs de Seiko avertis les gardent précieusement.


Aujourd'hui, vous pouvez trouver ces pièces en arpentant Chrono24 ou Ebay pour moins de 400€ (au delà, les vendeurs sont trop conscients de ce qu'ils vendent et anticipent déjà la hausse future des prix).


Il est évident que ces pièces vont prendre de la valeur étant donné l'exceptionnelle qualité de fabrication et la cote ridiculement basse actuelle.


Couronne signée King Quartz

L'art accessible


Je ne peux donc que vous conseiller de vous intéresser à ces King Quartz et Grand Quartz. pour quelques centaines voire dizaine d'euros (si vous êtes un excellent chasseur) vous aurez accès à une pépite des années 1970 encore bien trop méconnue et la qualité de fabrication totalement bluffante.


Une pièce vintage au prix d'une Seiko neuve avec un charme incomparable et une perspective de bonne affaire intéressante, que demander de plus ?


Des formes simples, des matériaux simples mais une exécution parfaite et un soucis du détail impressionnant, la King Quartz est reconnaissable entre mille et a un style bien à elle, n'est-ce pas tout ce que l'on cherche dans une montre vintage ?