© 2018 by Bastien. Proudly created with Wix.com

  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches

Key Words

Rolex, Omega, Jaeger-Lecoultre, Tudor, Breitling, Zenith, Longines, Patek Philippe, Vacheron Constantin, Audemars Piguet, Baume & Mercier, Chronographe Suisse, Universal Genève, Nivada, Auricoste, Triton, Cyma, Montres Vintage, Montres Anciennes, Montres Militaires, Montres Occasion, Vintage, Collection, Collectionneur, Histoire, Montres Historiques, Landeron, Venus, Valjoux, Gerald Genta, Horlogerie, Horloger, Suisse, Bracelet Montre, CHI, Compulsion Horlogère, Hans Wilsdorf, Lemania, Tool Watch, Toolwatch, Wristshot, Lip, Yema, Dirty Dozen, RAF, MOD, British Military, Omega Seamaster, Omega Speedmaster, Moonwatch, First Watch On The Moon, Omega Railmaster, Omega Ultraman, Rolex Datejust, Rolex Daytona, Rolex Submariner, Rolex GMT Master, Rolex Pepsi, Rolex Coke, Rolex Vintage, Oysterquartz, Oysterperpetual, Quartz, Royal Oak, Nautilus, Calatrava, 1675, 5513, 5512, 40s, 50s, 60s, 70s, 80s, 90s, Montres Neo Retro, Neo Retro, Seiko, Swatch, Sablier, Sablier-Watches

Seiko vintage, une alternative (très) intéressante



"Apprends la sagesse dans la sottise des autres", Proverbe Japonais.


Voilà une citation d'introduction bien spirituelle, mais rassurez-vous, nous allons bien discuter horlogerie en ce début d'année 2019.


Aujourd'hui, je vais vous parler de Seiko, manufacture d'horlogerie japonaise connue de tous et pourtant trop souvent sous-estimée. Si, pour beaucoup, l'horlogerie de qualité est l'apanage de la Suisse, le Japon se révèle être une alternative de choix, le second pays de l'horlogerie.


Oubliez les idées reçues selon lesquelles Seiko serait une marque de montres à piles bas de gamme vendues dans les galeries commerciales des supermarchés, c'est faux. (Re)découvrez l'histoire passionnante de cette belle manufacture et vous verrez qu'il y a de très belles choses à aller chercher du côté du Japon.


Après-tout, ce n'est pas parce que la majorité des collectionneurs ne jurent que par les maisons suisses et dénigrent les marques japonaises qu'ils ont raison. Et si l'originalité et l'ouverture d'esprit étaient les conditions de la sagesse ?


Seiko, une maison âgée de près de 140 ans


Kintaro Hattori

L'histoire de la manufacture Seiko, c'est avant tout l'histoire de Kintaro Hattori, jeune horloger japonais. A l'âge de 17 ans, il ouvre un atelier d'horlogerie chez lui à Kyobashi, un quartier de Tokyo. En raison du succès grandissant de son affaire, le jeune Kintaro décidé de créer sa propre marque en 1881 : Seikosha qui deviendra plus tard Seiko (Seiko signifiant succè et Sha, maison).


Véritable inventeur, Hattori se met en quête d'innovation et de précision dans un pays où l'horlogerie n'est pas un art reconnu comme cela pourrait être le cas en Europe. Son oeuvre entière sera dédiée à concevoir des garde-temps précis et innovants, l'ADN de Seiko reste inchangé encore aujourd'hui.


Du vivant d'Hattori, Seiko lancera en 1895 la "Time Keeper", première montre de poche entièrement conçue au Japon. Près de 20 ans plus tard, en 1913, Hattori dévoilera la "Laurel", première montre bracelet japonaise quelques années seulement après ses concurrents européens : Rolex et Cartier.


Suivront plusieurs coups durs pour la manufacture comme un gigantesque tremblement de terre en 1923 et les bombardements de 1945. Par deux fois, les usines de la marque seront détruites.


En 1950, Seiko repart de plus belle et décide de se lancer dans une quête de précision jamais vue au Japon. En 1958 la "Marvel" remporte les prix de précision nationaux et en 1968, une montre Seiko se classe première au classement de l'Observatoire de Genève, récompense suprême jusqu'ici réservée aux maisons suisses.


En 1969, Seiko commercialise la première montre à quartz, l'"Astron", qui aura l'effet que l'on connaît tous sur l'histoire de l'horlogerie mondiale. En 1973, Seiko va encore plus loin avec la première montre quartz à affichage digital et plus analogique afin de se démarquer encore plus des maisons suisses traditionnelles.


Dans les années 80 et 90, Seiko va développer le mouvement Kinetic qui est un hybride entre le remontage automatique et les mouvements à quartz : le rotor alimente le calibre à quartz et la montre devient donc sa propre source d'énergie pour une précision (quasi) parfaite.


Nous retiendrons qu'entre les années 50 et 70, Seiko a combattu de manière frontale les maisons suisses en les égalant voire en les dominant sur leur propre terrain : celui des montres à remontage manuel ou automatique.


Intéressons-nous donc de plus près à ces pièces.


Seiko Vintage, de belles pièces à chasser


Seiko 7005-8020

Les plus belles années de Seiko, en terme de montres mécaniques, sont donc les années 50 et 60. Mais avant de se plonger dans ces années, il convient de rappeler une certaine hiérarchie au sein-même de la maison Seiko.


Depuis les années 1970, Seiko 5 regroupe tous les modèles entrée de gamme de la manufacture. Conçues pour être portées et utilisées tous les jours, les montres de la collection Seiko 5 sont accessibles au plus grand nombre.


Les modèles estampillés simplement Seiko sont des modèles de milieu de gamme, avant les années 70 et l'apparition de Seiko 5, il y avait également quelques modèles Seiko plus accessibles.


En 1960 et 1961, les collections Grand Seiko et King Seiko seront lancées afin de matérialiser le haut de gamme de la manufacture japonaise. L'histoire de ces deux collections parallèles mérite, à elle seule, un article, j'y reviendrais donc plus tard. Aujourd'hui, King Seiko a disparu et Grand Seiko a pris son envol en devenant une marque à part entière du groupe Seiko.


Enfin, depuis les années 2000, Crédor représente la collection de montres exceptionnelles de Seiko, une véritable manufacture de haute horlogerie.


Ainsi, si vous recherchez une pièce vintage des années 50 à 70, vous oscillerez entre Seiko, King Seiko et Grand Seiko en fonction de votre budget.


Par ailleurs, les King et Grand Seiko étaient parfois certifiées chronomètre, ces pièces là sont particulièrement recherchées.


La 7005-8020, un concentré de l'esprit Seiko vintage


Seiko 7005-8020

La pièce que je vous présente aujourd'hui est une Seiko référence 7005-8020. Cette référence appartient donc à la collection Seiko et est un modèle de milieu de gamme. Une concurrente, pour l'époque, des Omega Genève et Seamaster.


Cette référence est intéressante parce qu'elle est, à elle seule, un concentré de l'esprit des Seiko vintage pour un budget très abordable.


Nous avons donc un boitier en acier de 36.5mm hors couronne avec une forme typique de la fin des années 60. La couronne est cachée et ne dépasse pas de la carrure, une des spécificités de Seiko.


Seiko 7005-8020

Le cadran est de couleur argent avec un traitement soleillé, les index batons sont appliqués et de taille agréable. Le guichet date à 3h offre une visilbilité sur un disque de date gris de bonne facture. Enfin, des plots lumineux chargés en tritium sont apposés derrière chaque index.


Les inscriptions sur le cadran sont les suivantes : "Seiko" appliqué à midi, "automatic" juste en dessous et enfin, "17 jewels" à 6h.


Pour ce qui est du calibre, cette Seiko vintage est équipée du 7005A, un calibre extrêmement fiable.


Seiko 7005A

En résumé, nous avons là une pièce vintage âgée de 50 ans en très bel état esthétique et de fonctionnement, une montre à remontage automatique avec une belle présence au poignet.


Une montre suisse similaire vaudrait aujourd'hui aux alentours des 600€, pour trois fois moins vous pouvez acquérir cette Seiko qui est pleine d'atouts et dont les finitions n'ont rien à envier aux meilleurs manufactures suisses.


Un premier pas vers la sagesse ?


Alors si être sage c'est de ne pas regarder uniquement les pièces produites par les plus grandes manufactures suisses, pourquoi s'obstiner à ne pas s'attarder sur les maisons japonaises ?


Seiko est un option très intéressante en vintage car la qualité intrinsèque des pièces est au moins du même niveau que les productions helvétiques de l'époque.


A qualité équivalente, vous débourserez environ trois fois moins chère pour une Seiko que pour une montre suisse.


L'aspect esthétique n'est pas en reste, une belle Seiko est aussi harmonieuse et bien proportionnée qu'une Omega ou Rolex de l'époque.


Alors, pourquoi hésiter ? Si le prestige suisse vous attire et l'inconnu japonais vous fait peur, attention à ne pas pêcher par manque d'ouverture voire par snobisme.


Lorsque la sottise est coûteuse et la sagesse accessible, il faut franchir le pas.


---


Si cette Seiko vous intéresse : https://www.sablier-watches.com/online-store/Seiko-Vintage-60s-p127994483

Si le bracelet vous intéresse : https://www.josephbonnie.com/fr/produit/bracelet-montres-cuir-barenia-noir/