Tudor Submariner : approuvée par Hans Wilsdorf



"Depuis quelques années maintenant, je réfléchis à la conception d'une montre que nos points de vente pourront vendre à un prix plus accessible que nos montres Rolex mais qui pourront atteindre les standards de fiabilité qui font la réputation de Rolex. J'ai décidé de créer une entreprise à part entière avec l'objectif de créer et de mettre sur le marché cette nouvelle montre. Cette entreprise s'appelle la Tudor Watch Company." Hans Wilsdorf.


Issue d'une vision géniale d'un horloger majeur dans l'histoire : Hans Wilsdorf, créateur de Rolex, Tudor a su traverser les époques et se rapproche aujourd'hui de son centenaire. La marque a été déposée en 1926 et s'est positionnée petit à petit comme une alternative accessible et néanmoins pertinente à Rolex, sa grande soeur. Officieusement, Tudor est également un moyen, à l'époque, de contrer Omega en positionnant une marque forte sur la même gamme de prix.


Le lien entre ces deux maisons est souvent incompris si ce n'est inconnu. Essayons de rester clair et concis : Hans Wilsdorf décide dans les années 1920 de créer une montre plus accessible que ses Rolex. L'idée est de partager beaucoup de pièces communes entre Tudor et Rolex (économies d'échelle) mais en proposant sur cette montre un calibre ETA fiable et précis tout en étant moins prestigieux et couteux.


Le coût de R&D est diminué de manière significative car aucun calibre manufacture ne sera disponible sur les montres Tudor, seulement des ETA modifiés légèrement. Les pièces sont partagées avec la grande soeur Rolex (bracelets, boitiers, couronnes, aiguilles...). Ainsi, le coût de production unitaire est inférieur aux marques concurrentes de qualité similaire et Tudor propose donc des tarifs extrêmement compétitifs en profitant de la renommée de Rolex.


Au fil du temps, Tudor a changé de logo passant ainsi de la petite rose au bouclier synonyme de robustesse. En 1990 la marque a enfin ses propres ateliers (les montres Tudor étaient auparavant assemblées par Rolex directement) et en 2015 elle devient indépendante de Rolex (même si elle appartient toujours au groupe Rolex). De plus, Tudor propose aujourd'hui des calibres manufacture et plus seulement des ETA. Vous l'aurez compris, Tudor se développe et n'est pas simplement une sous marque de Rolex. Elle mérite donc toute notre attention et notre intérêt.


la Submariner, une pièce forte chez Rolex comme chez Tudor


Rolex Submariner 6204 ad from 1955

Rolex a toujours eu pour ambition de concevoir et de commercialiser des montres fiables, robustes et étanches. Après tout, Rolex reste et restera comme la marque qui a présenté ses montres dans des aquariums en magasin. Afin d'aller plus loin dans cette démarche, Rolex lance la Submariner en 1953, elle sera officiellement présentée à Bâle en 1954 avec la référence 6204. Cette montre a tout d'une vraie montre de plongée : bracelet métal, boitier étanche, couronne vissée, lunette de plongée, cadran sombre et index lisibles. Etanche à 200m, la Submariner deviendra un modèle iconique au fil du temps.


Par ailleurs, la relation entre Jacques-Yves Cousteau et René-Paul Jeanneret (directeur de Rolex dans les années 50) va permettre à la marque à la couronne de développer et d'améliorer sa Submariner afin qu'elle devienne une vraie montre-outil dans le sens noble du terme.


Si aujourd'hui la Submariner est associée d'emblée à Rolex et si elle en est même devenue le symbole ultime avec son design reconnaissable entre mille, elle est également un modèle Tudor depuis ses débuts. En effet, la première Submariner Tudor (référence 7923) date de 1954. Cette montre, étanche à 100m au lieu de 200m pour la Submariner de Rolex, a ensuite eu une carrière respectable jusqu'aux années 1990. En effet, à partir du XXIème siècle, le nom Submariner disparaît et Tudor remplace cette collection par la Black Bay.



Tudor Submariner 7923 from 1955

Eloge de la montre-outil : la Tudor Submariner


Hans Wilsdorf a toujours pensé la montre comme un outil, comme un accessoire utile et important. Il n'a jamais été question chez Rolex de montres de luxe, de marqueur social ou bien d'investissement. La qualité intrinsèque des pièces et la passion des collectionneurs de cette marque ont engendré ces "dérives".


Rolex a toujours mis l'aventure au coeur de son ADN : alpinisme, course automobile, découverte des fonds marins. Le sport et le dépassement ont toujours été les moteurs premiers de la marque à la couronne et c'est pour cela qu'elle a toujours été à la pointe de l'innovation. Les montres Rolex sont des montre "à vivre" même si elles deviennent de plus en plus des montres "patrimoine".


La submariner est la quintessence de cet ADN Rolex. Fondamentalement sportive en raison de ses caractéristiques et de ses aptitudes, la Submariner a toujours été LA montre de sport la plus iconique et la plus efficace au monde.


Cependant, avec l'explosion de l'achat-investissement et l'envolée spectaculaire des cotes, la submariner de Rolex est devenu un actif à posséder dans son portefeuille. Pour parler de cette montre nous utilisons de moins en moins les adjectifs "robuste", "fiable", "étanche", on parle désormais de "croissance à deux chiffres", de "plus-value" et de "rentabilité". Cette dérive financière touche toute la gamme Rolex mais la Submariner encore plus étant donné sa place centrale dans la collection.


Alors que reste-t-il de la montre sportive pensée par Rolex ? Certes les caractéristiques techniques restent, certes la Submariner a su conserver son dessin originel (même si moins fin et élégant à mon goût); il n'en reste pas moins que le public a changé. Nous sommes passé du plongeur passionné au collectionneur de montres pour finalement arriver au capitaliste avide.


Le propos peut paraître exagéré, et je l'assume, mais nous n'en sommes pas loin. Malgré tout, les acheteurs de submariner vintage ne sont pas tous uniquement attirés par l'argent, il reste de vrais collectionneurs.


Néanmoins, ce changement dans le profil des acheteurs a entraîné l'émergence des Tudor Submariner. Ces pièces moins connues car moins prestigieuses ont longtemps vécu dans l'ombre de leurs cousines estampillées Rolex. Devant le prix souvent rédhibitoire affiché par les Rolex vintage, les Tudor Submariner ont su petit à petit séduire un public de plus en plus large : amateurs de montres de plongée, collectionneurs de montres vintage ou encore amateurs de montres Rolex aux budgets limités.


Oubliez le prestige d'un mouvement manufacture Rolex, oubliez le plaisir d'un égo flatté quand les passants reconnaissent la couronne sur le cadran de votre montre. En revanche, grâce aux Tudor Submariner vous aurez une montre extrêmement fiable et facile à entretenir (un calibre ETA peut être réparé par tout horloger qui se respecte) et qui partagera 80% de sa conception avec la version Rolex de la Submariner. En se concentrant sur l'essentiel et en mettant de côté le superflu, la Submariner de Tudor respecte à 100% l'ADN originel de la Submariner tel qu'il a été pensé par Wilsdorf : une toolwatch de haut niveau.


La 79090, la dernière de la lignée


Tudor Submariner 79090 ad

La production des Tudor Submariner s'est donc arrêtée à la fin des années 90 et la référence 79090 a été la dernière représentante de cette collection au nom prestigieux chez Tudor.


La 79090 est montée sur un bracelet Oyster plié (charme du vintage et légèreté à toute épreuve), la boucle est signée du bouclier Tudor. Le boitier est un boitier de Rolex Submariner 1680, il y a pire. Le cadran est noir avec des index triangle à midi, 6h et 9h et ronds entre ces repères. A 3h, la fameuse date est mise en valeur par le système de loupe cyclope propre à Rolex. La 79090 n'est pas certifiée COSC donc son cadran est épuré et nous retrouvons seulement deux lignes à 6h : l'étanchéité (200m) et le nom de la collection (Submariner, évidemment).


L'exemplaire présenté ici date de 1992 et les aiguilles présentent une jolie patine "coquille d'oeuf" très agréable et recherchée.




Au niveau du calibre, cette Submariner 79090 est équipée d'un ETA 2824-2 extrêmement robuste et facile à entretenir. Vous aurez donc le plaisir d'avoir une Submariner au style affirmé sans en subir les conséquence au niveau de l'entretien.


Cette référence est donc signée Tudor sur le cadran, sur la boucle et sur le mouvement. En revanche, elle est signée Rolex sur le fond de boîte et sur la couronne. Cette double signature est un rappel sympathique du prestigieux pédigree de Tudor et vous permettra de briller en société lorsque les personnes autour de vous vous demanderont naïvement "c'est une fausse Rolex ?".




Combien cote aujourd'hui une 79090 ?


Longtemps sous estimée ou simplement ignorée, une 79090 en bon état s'échange aujourd'hui entre 4 000 et 5 000€ environ. Il y a 5 ans, il était possible d'en trouver en 2 500 et 3 000€. Cette référence reste donc relativement accessible pour une Submariner.


Il ne faut tout de même pas attendre trop longtemps avant de s'en procurer une, les prix pourraient bien s'envoler pour cette référence qui est la dernière vraie Submariner de Tudor.


Même si la 79090 n'est pas un investissement aussi rentable qu'une Rolex 5513 ou 1680, vous ne perdrez clairement pas votre argent et vous pourrez espérer une plus-value à la revente (même si ce n'est pas le but premier, c'est certain).


Tudor Submariner 79090 : un concentré de l'esprit Rolex




Hans Wilsdorf a toujours été visionnaire. Il a su imposer la montre bracelet à l'heure de la montre de poche et développer la montre-outil à l'heure de la montre de luxe.


Le fondateur de Rolex voulait, avec Tudor, créer une marque plus accessible mais extrêmement fiable et suffisamment qualitative pour justifier la présence de la couronne Rolex sur différentes pièces des montres Tudor. Cette volonté initiale a été totalement respectée et la 79090 en est un exemple parfait.


Cette référence a tout de la montre-outil fiable, robuste et prestigieuse tout en étant, aujourd'hui encore, bien plus accessible que ses cousines Rolex. Elle arbore le prestigieux nom Submariner mais vous pourrez tout de même la porter tous les jours et n'aurez pas à subir le syndrome de la montre coffre-fort qui ne sort de la banque qu'une fois par mois maximum.


Cette Tudor est une montre, un formidable outil avant d'être un investissement élitiste et c'est tout à son honneur.


Mort en 1960, Hans Wilsdorf n'aura jamais eu la chance de voir ce modèle, nul doute cependant qu'il l'aurait totalement approuvé.


--


Bracelet cuir Joseph Bonnie : http://www.josephbonnie.com/fr/produit/bracelet-montre-cuir-veau-brillant-marron-surpiqures/

© 2018 by Bastien. Proudly created with Wix.com

  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches
  • Sablier-Watches

Key Words

Rolex, Omega, Jaeger-Lecoultre, Tudor, Breitling, Zenith, Longines, Patek Philippe, Vacheron Constantin, Audemars Piguet, Baume & Mercier, Chronographe Suisse, Universal Genève, Nivada, Auricoste, Triton, Cyma, Montres Vintage, Montres Anciennes, Montres Militaires, Montres Occasion, Vintage, Collection, Collectionneur, Histoire, Montres Historiques, Landeron, Venus, Valjoux, Gerald Genta, Horlogerie, Horloger, Suisse, Bracelet Montre, CHI, Compulsion Horlogère, Hans Wilsdorf, Lemania, Tool Watch, Toolwatch, Wristshot, Lip, Yema, Dirty Dozen, RAF, MOD, British Military, Omega Seamaster, Omega Speedmaster, Moonwatch, First Watch On The Moon, Omega Railmaster, Omega Ultraman, Rolex Datejust, Rolex Daytona, Rolex Submariner, Rolex GMT Master, Rolex Pepsi, Rolex Coke, Rolex Vintage, Oysterquartz, Oysterperpetual, Quartz, Royal Oak, Nautilus, Calatrava, 1675, 5513, 5512, 40s, 50s, 60s, 70s, 80s, 90s, Montres Neo Retro, Neo Retro, Seiko, Swatch, Sablier, Sablier-Watches